Conseiller en rénovation énergétique : une profession multicartes

On les demande, on les sollicite, on les requiert, leur nombre ne cesse de croître et leur métier, récent, devrait connaître une progression exponentielle en 2010. Eux, ce sont les conseillers et experts en rénovation énergétique, une filière qui se professionnalise, se structure, se «labellise», et devient complémentaire des métiers traditionnels du bâtiment.

Réduire de 38% la consommation énergétique d'ici 2020, quand on sait qu'il existe 20 millions de biens à rénover dont 5 millions sont classés « épaves énergétiques », implique le développement d'une nouvelle filière professionnelle : le conseiller/expert en rénovation énergétique. Un métier en pleine expansion puisque 89% des entreprises  qui se positionnent sur le marché n'exercent que depuis 2008.

Issus du monde artisanal, de celui de l'économie de la construction, du diagnostic immobilier, ou de bureaux d'études, ces professionnels multi-compétents sont essentiellement des hommes (92%), avec un âge moyen de 43 ans. A noter que la profession attire de plus en plus de jeunes puisque 30% d'entre eux ont moins de 40 ans.

LES ORIGINES PROFESSIONNELLES

Un peu plus des deux tiers des acteurs de cette profession ont un passé dans les diagnostics techniques, à savoir : 18% dans le BTP, 43% dans le BTP et le diagnostic technique, 27% uniquement dans le diagnostic technique. Seuls 12% n'ont d'expérience ni dans l'un ni dans l'autre.

Ces acteurs disposent des fondamentaux pour intervenir chez les particuliers (sens du terrain et habitude des démarches pro actives), possèdent les bases des compétences techniques nécessaires pour délivrer une prestation de qualité en complément de leurs autres activités.

Leur intérêt pour ce nouvel aspect de leur métier est multiple mais dépend aussi de leur classe d'âge et de leur formation. Si tous déclarent être motivés par la valorisation de leurs compétences associée au boom de la rénovation énergétique et aux problématiques d'environnement, les moins de 40 ans s'inscrivent plus dans une démarche citoyenne liée à une nouvelle demande de la conjoncture, alors que les plus âgés y voient mieux un moyen de développement de leurs savoirs sur un marché en devenir.

FORMATIONS, LABELS ET COMPÉTENCES

La quasi totalité des conseillers/experts en rénovation énergétique a suivi une ou plusieurs formations : pour les deux tiers, une formation générale de type « devenir conseiller expert en rénovation énergétique » (ITGA, CSTB, CEBTP....); pour environ la moitié, une formation en thermographie et/ou une formation de préparation aux labels (effinergie, minergie, eco-artisan, passiv haus) ; pour un bon tiers, une formation en infiltrométrie ; et pour environ 10%, une formation spécifique sur les outils informatiques.

Quant aux labels, un conseiller énergétique sur trois en possède au moins un (ERE Promotelec, BBC effinergie,  NF Maison Rénovée, Minergie, etc.), et 38 % envisage d'en obtenir un.

Prestataires de services, les conseillers/experts en rénovation énergétique accompagnent et guident le maître d'œuvre, particulier, collectivité... dans la définition et la conduite de son projet de rénovation.

Grâce à leurs compétences transversales, celles acquises au cours de leur carrière mais aussi celles apprises lors de leur formation au diagnostic énergétique (moyens de financement, labels, techniques d'auto contrôle, réglementation...), ces nouveaux professionnels devraient devenir les interlocuteurs indispensables des professionnels traditionnels du bâtiment.

Source des chiffres : Gallileo Business consulting, décembre 2009
Résumé :

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter nos articles :

Laisser un commentaire

*