Mesurer les consommations pour les réduire ?

Le concept du “Smart-metering” suggère que donner à des copropriétaires un outil de suivi de leur consommation énergétique leur permettra de réduire cette consommation. Est-ce bien ce qui se passe en pratique ?

Nos copropriétés consomment un certain nombre de ressources (eau, électricité, gaz, fioul, etc.) et produisent des déchets (ordures, égouts, etc.). Le suivi de ces entrants/sortants est mesuré parfois de manière collective, parfois de manière individuelle, parfois pas du tout : les compteurs individuels d'électricité sont généralisés ; les compteurs de gaz/fioul peuvent être collectifs en cas de chauffage central ; le comptage individuel des ordures en maison individuelle est resté à un stade expérimental en France, il n’a jamais été individualisé en copropriété.
L’expérience montre que le comptage individuel sensibilise les copropriétaires aux économies, et on tend donc à le généraliser, par exemple pour le chauffage et l’eau froide (voir cet article dans 60 millions de consommateurs).
On peut ainsi distinguer deux approches du suivi de consommation à des fins d’économies.

Le suivi dans la durée

Le comptage dans la durée est nécessaire à des fins de facturation, et la généralisation du suivi pas des dispositifs informatiques est en cours (Linky pour l’électricité, Gazpar pour le gaz, Techem pour l’eau, etc.)
Ces dispositifs constituent une opportunité de sensibiliser les copropriétaires aux gaspillages. Mais on constate en pratique que les particuliers ne consultent pas les interfaces de suivi individuelles ou collectives, et - quand ils les consultent -, ils s’en désintéressent assez vite.
Des tentatives ont été menées pour améliorer l’ergonomie de ces interfaces, les rendant parfois même ludiques. On peut citer l’exemple de l’application wivaldy.com. Mais la mesure dans la durée pour réduire les consommations d’énergie n’a pas fait ses preuves.

L’audit de consommation

Un audit peut se révéler plus efficace pour déterminer les économies possibles. Des initiatives comme Docteur Watt proposent une formation de quelques heures, le prêt d’un Wattmètre pendant quelques semaines et un accompagnement personnalisé à l’analyse.
Elles sont efficaces car elles impliquent et motivent le particulier sur une durée donnée.

Il me semble que ce genre d’initiative devrait être étendue aux copropriétés. Il faudrait mener cet audit en parallèle avec tous les copropriétaires afin d’étudier simultanément les économies potentielles sur le plan individuel et sur le plan collectif.
Cet aspect n’est pas abordé dans le cadre d’un audit architectural et énergétique, c’est regrettable. On pourrait aussi travailler sur la réduction des consommations dans le cadre d’un DPE de copropriété. Le Diagnostiqueur immobilier me semble être la bonne personne pour prêter un Wattmètre pendant quelques semaines et aider à l’analyse des résultats.

Guillaume Plouin

2 commentaires

Laisser un commentaire

*