Rénovation énergétique en copropriété : il faut passer à l’acte !

Les publications du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sont de plus en plus alarmantes. Une action immédiate et d’ampleur devient indispensable si l’on veut cantonner la hausse des températures en dessus des 2°C. Un article de Nature de juin 2017 affirme même qu’il nous reste “3 ans pour sauver le climat”.

Par ailleurs, les scientifiques parlent de “Peak Oil”, et même de “Peak Everything” pour mettre en garde contre la raréfaction des ressources en pétrole, et plus généralement des énergies fossiles.

En France, les deux principales sources de gaz à effet de serre sont les transports et le bâtiment. Notre parc de copropriétés compte une grande quantité de “passoires thermiques”, souvenirs des années de reconstructions d’après-guerre. Ces constructions mal isolées ont continué à être la norme française jusqu’en 1974, date de la première réglementation thermique. Ce parc de passoires thermiques a 2 conséquences très regrettables : l’émission de gaz à effet de serre, source du dérèglement climatique, mais aussi la montée en puissance de la “précarité énergétique” chez les ménages disposant de peu de revenus. Le “Peak Everything” rend le coût de l’énergie très incertain à moyen terme, et tous les foyers français pourraient être affectés par la surconsommation de leur logement.

Nos institutions publiques sont convaincues de la nécessité d’un vaste effort de rénovation énergétique. Ainsi des programmes ambitieux ont été annoncés dans le cadre de la loi du 12 juillet 2010 dite « loi Grenelle 2 ». On peut aussi citer des initiatives régionales comme « Éco-rénovons Paris - objectif 1 000 immeubles » ou « Mur/Mur, Accompagnement dans la rénovation des copropriétés de l’agglomération grenobloise ».

Malgré ces programmes, la rénovation énergétique en copropriété piétine en France. Les copropriétaires, qui restent en moyenne 8 ans dans leur logement, rechignent à financer des travaux dont les bénéfices seront effectif dans 10 à 15 ans. Ils reculent, et de ce fait accumulent une « dette de vétusté » qu’il faudra bien régler un jour.

L’objectif de ce site est de présenter l’état de l’art des audits énergétiques en copropriété, les travaux possibles et leurs modes de financement. Mais il s’arrête aussi, et surtout, sur la problématique d’accompagnement des copropriétaires, pour déclencher le passage à l’acte.

 

Guillaume Plouin

Laisser un commentaire

*